Découvrez l'histoire du paysage industriel des Ocres. L'ocre donnera à votre appartement, le teint mat et velouté d'une jolie fille, ... (ancienne publicité)

Le paysage industriel

Les traces des ocriers

Ces paysages extraordinaires qui nous font rêver, ont été créés par les ocriers en moins de 200 ans, et parfois au prix de leur vie.

Les ocriers choisissaient le mode d’exploitation selon l’épaisseur de terre qui recouvrait le minerai. Il fallait arracher cette couche dite « stérile » pour atteindre l'ocre et en faciliter l’extraction.

La technique « à ciel ouvert » a bouleversé le paysage à Roussillon et à Rustrel. Le Sentier des ocres et le Val des fées, le Colorado Provençal et le Sahara sont les plus exemples les plus connus. Mais lorsque la couche stérile était trop épaisse, il devenait plus rentable d’excaver; On pratiquait alors la technique dite « en galerie ». A Gargas, près d'Apt, plus de quarante kilomètres de galeries souterraines truffent le sous-sol de la commune !

Après extraction, le minerai d'ocre devait être traité. Des vestiges subsistent à proximité des anciennes carrières et des usines, et toujours près d'un point d’eau. Ce sont des bassins de décantation, des batardeaux, des réseaux de tuyaux, des citernes, des machines de pompages, des fours et des moulins.

La Société des Ocres de France, seule, possédait 10 sites d’extraction et 11 secteurs de lavage d’ocre répartis sur tout le Massif des ocres.

Cette activité d'exploitation du minerai d'ocre a véritablement façonné le paysage d'aujourd'hui.

Situer le projet OGS Ocres du Luberon